Skip to main content Skip to footer
Conflit violent
< Back to Resources

La guerre qui ne dit pas son nom

Présentation du nouveau livre de Jason K. Stearns


En 2018, une épidémie d’Ebola a éclaté dans le nord-est de la République démocratique du Congo. La panique s’est rapidement propagée : c’était la première fois mondialement que la fièvre hémorragique éclatait dans une zone de conflit actif

Soucieuse de ne pas répéter la lenteur des réponses précédentes, la communauté humanitaire a adopté ce qu’un haut responsable de l’OMS a appelé « une approche sans regrets » : elle a injecté 738 millions de dollars autour de la ville de Beni au cours des 20 mois suivants. Afin de protéger son propre personnel et de mettre en œuvre des mesures de santé publique, la « Riposte » humanitaire a commencé à payer entre 1 000 et 2 000 membres de l’armée nationale, de la police et des responsables du renseignement, ainsi que des membres de plusieurs groupes armés locaux. Cela a créé des incitations perverses : la violence armée est devenue un moyen pour les belligérants d’extraire des ressources de l’État et des bailleurs. Pour certains responsables de l’État, la Riposte à Ebola, à son tour, était un moyen de récompenser leurs fidèles et alliés. La violence est devenue un système dans lequel tous les acteurs susmentionnés – donateurs, représentants de l’État, groupes armés – sont complices sous différentes formes. 

****

Dans mon nouveau livre, La guerre qui ne dit pas son nom : le conflit sans fin au Congo, j’essaie de comprendre pourquoi le conflit armé a persisté au Congo malgré un accord de paix global, des milliards de dollars d’aide internationale, une armée nationale de 130 000 hommes opposée à des groupes rebelles hétéroclites et la plus grande opération de maintien de la paix des Nations unies au monde. 

Cet aperçu de la réponse à l’Ebola est emblématique de dynamiques plus larges. Au cours des vingt-cinq dernières années de combats, alors que beaucoup ont souffert du conflit, une mince classe de commandants et de politiciens pour qui le conflit est devenu une source de survie et de profit a émergé. Ces protagonistes n’ont eu que peu d’intérêt à mettre un terme à un conflit qui était périphérique pour le gouvernement mais qui, pour de nombreux combattants, était devenu un gagne-pain. Le conflit était devenu une fin en soi, le combat étant porté par son propre élan. Pendant ce temps, les donateurs étrangers et les diplomates ont fourni de la nourriture et des soins de santé urgents à des millions de personnes dans le besoin, empêchant l’État congolais de s’effondrer, mais n’ont pas été en mesure de provoquer un changement transformationnel. 

Les Congolais ont développé leurs propres moyens, souvent pleins d’esprit, pour exprimer ce triste état de choses. « No Nkunda No Job » était un dicton populaire à Goma vers 2008, faisant référence au principal commandant rebelle et suggérant que la violence était devenue une source d’emploi pour les travailleurs humanitaires étrangers et les milices locales ; en 2018, c’était alors « Ebola busines ». L’auteur congolais In Koli Jean Bofane explore cette culture des antivaleurs dans son roman Mathématiques congolaises. Le protagoniste, un savant en mathématiques, utilise ses compétences pour découvrir la logique cachée de la politique congolaise. Ayant grandi dans la pauvreté, il met sa créativité au service d’un puissant ministre du gouvernement, pour découvrir que son patron organisait des manifestations sous fausse bannière afin de manipuler l’opinion publique et de réprimer ses opposants. L’excentrique pop star congolaise Koffi Olomide l’a dit autrement, faisant allusion à la propension à faire de l’adversité une source de profit, voire de plaisir : « Oyo eza système ya lifelo—moto ezopela kasi tozo zika te » (Nous vivons dans le système de l’enfer— partout le feu fait rage, mais on ne se brûle pas).

C’est quoi ce système ya lifelo, ce système d’enfer ? Comment est-ce arrivé ?

****

Il ne devait pas en être ainsi. Il est difficile de s’en souvenir maintenant, mais le processus de paix qui a abouti à l’accord de paix de 2002, l’Accord global et inclusif, a réunifié le pays après cinq ans de guerre brutale et a forgé un gouvernement de transition. Une nouvelle Constitution a été promulguée, consacrant les droits des citoyens comme jamais auparavant, créant des institutions démocratiques et décentralisant le pouvoir vers les provinces, inaugurant la troisième  République du Congo. Le processus de paix a encouragé à la fois les donateurs et les investisseurs à ouvrir leur portefeuille ; la Banque mondiale et le FMI, souvent considérés comme des indicateurs de la stabilité financière et de l’acceptabilité politique, ont lancé de nouveaux programmes de prêts et de dons en 2001 et 2002, respectivement. D’autres donateurs ont emboîté le pas, ainsi que des investisseurs privés, faisant presque tripler les revenus de l’État central en quelques années seulement.

Ces changements ont eu un impact réel sur la vie de millions de Congolais. En 2006, le nombre de déplacés internes au Congo était tombé à 1,2 million, soit un tiers de ce qu’il était à peine trois ans plus tôt. 130 000 soldats, dont 30 000 enfants, avaient été démobilisés. Seule une douzaine de groupes armés congolais importants sont restés actifs, regroupés dans les territoires de Fizi, Uvira et Lubero, dans l’est du Congo.

Mais après 2006, ces tendances se sont inversées – aujourd’hui, il y a plus de 120 groupes armés et environ 5,5 millions de personnes déplacées, plus que jamais auparavant. Le principal défi de la transition est venu d’une petite élite militaire soutenue par le gouvernement rwandais, qui a contesté le nouvel ordre. Au cours des années suivantes, d’abord les ex-rebelles du RCD, puis les Maï-Maï, ont lancé une série d’insurrections et de contre-insurrections dans l’est du pays, déclenchant un cercle vicieux de violence. Les groupes armés ont proliféré – en partie à cause de l’échec de la réforme armée, engendrant une vague de défections d’officiers de l’armée qui ont fomenté des rébellions ; en partie à cause de la pauvreté et des contestations locales sur l’identité et la terre dans les hautes terres de l’Est. 

Cependant – et c’est l’un des points clés – le conflit serait probablement resté beaucoup plus confiné et beaucoup moins meurtrier sans l’implication des gouvernements congolais et rwandais.

Le gouvernement rwandais a été le premier à agir, provoquant une crise presque avant même que le gouvernement de transition n’ait commencé. Dans mon livre, je retrace comment Kigali a fait pression sur les officiers du RCD – Hutu et Tutsi – pour qu’ils s’abstiennent de rejoindre le nouveau gouvernement et lancent une nouvelle rébellion, le CNDP. Puis, après l’intégration du CNDP dans l’armée congolaise en 2009, le gouvernement rwandais a soutenu une autre rébellion, le M23, lorsque ses intérêts ont été menacés. 

Mais quels étaient ces intérêts ? Cette question est au cœur de mon livre, car trop souvent les analystes et les décideurs politiques ont supposé, et non scruté, les intérêts des principaux belligérants. 

« Le gouvernement rwandais n’a aucun intérêt à soutenir le CNDP. Il veut un Congo oriental stable », m’a soutenu un haut diplomate britannique en 2008 alors que je présentais la preuve de ce type exact de soutien à un groupe de diplomates à Kigali. Il n’est pas difficile de voir pourquoi le gouvernement rwandais voudrait, en théorie, un Congo stable. Le Congo est le plus grand marché d’exportation du Rwanda, consommant plus de 30 % des biens produits au Rwanda, selon une base de données de la Banque mondiale. La stabilité au Congo pourrait entraîner la croissance de ce marché et attirer des investissements étrangers dans les secteurs minier et autres, ce qui, à son tour, stimulerait presque certainement la croissance au Rwanda. 

Et pourtant, le Rwanda avait continué d’intervenir et de déstabiliser l’est du Congo. Comment a-t-il compris ses intérêts ? J’essaie de démystifier deux théories : celle de la solidarité ethnique et celle du profit économique. Oui, le Rwanda a fait fortune grâce à la contrebande et au racket dans l’est du Congo – les données sont facilement disponibles et je les passe en revue dans le livre. Mais ni le CNDP ni le M23 n’y ont vraiment contribué ; en fait, les exportations rwandaises de minerais congolais sont montées en flèche au cours des années suivant son retrait de l’est du Congo après la défaite du M23 en 2013. L’année dernière, le Rwanda a exporté 732 millions de dollars d’or, dont la majeure partie provient probablement du Congo, soit dix fois plus que le café ou le thé et de loin sa plus grande exportation. En 2013, il n’y avait presque pas d’exportations d’or. Des tendances similaires s’observent avec l’étain et le tantalum. 

Alternativement, les diplomates et les experts affirment souvent que le Rwanda est intervenu au Congo par solidarité avec les Tutsi là-bas. Cela contredit des dizaines d’entretiens que j’ai menés avec des soldats tutsi congolais et des dirigeants communautaires, dont beaucoup se sont sentis trahis et manipulés par le Rwanda. Un ancien officier du CNDP a déploré : « Ne croyez pas une seconde que le Rwanda nous a soutenus parce qu’ils étaient nos amis, ou qu’ils ont sympathisé avec les Tutsi congolais. Ils nous ont soutenus parce qu’ils avaient besoin de nous. Et quand ils n’ont plus eu besoin de nous, ils se sont retournés contre nous ».  Il y a d’ailleurs maints exemples des Tutsi congolais qui se sont rebellés contre le Rwanda.

Qu’en est-il de la sécurité ? Les proches du gouvernement rwandais mentionnent souvent la sécurité comme l’impératif primordial, en particulier les FDLR. Il ne fait aucun doute que la menace des FDLR a joué un rôle important dans le processus décisionnel. Cependant, la dernière incursion majeure des FDLR remonte à 2001 ; en 2012, les FDLR étaient une organisation épuisée et divisée. Néanmoins, compte tenu de la place centrale que le génocide occupe toujours dans la mémoire et la politique rwandaises, les FDLR restent une puissante menace symbolique. Ceci est tout à fait distinct, cependant, d’une question purement sécuritaire. Une grande partie du récit qui sous-tend la légitimité du FPR est liée au génocide et à la protection de la nation. La menace des FDLR et les opérations au Congo renforcent l’idée qu’il existe un plus grand bien, un impératif de sécurité qui justifie la répression de l’opposition et les restrictions aux libertés civiles. Elle sert également à resserrer les rangs au sein du FPR – le gouvernement s’inquiète particulièrement d’une rébellion de ses propres cadres depuis la défection du général Kayumba Nyamwasa en 2010. Ainsi, dans certains cas, l’idéologie du génocide est devenue un prétexte pour le FPR afin de réprimer la dissidence ; dans d’autres, les responsables du FPR sont motivés par une réelle inquiétude. Ces impulsions jumelles – le désir de préserver le FPR et la volonté d’extirper l’idéologie du génocide – sont devenues inextricablement entremêlées.

La culture institutionnelle du FPR, qui tend vers une mentalité de bunker, associée à cet accent mis sur les menaces sécuritaires, a alimenté une propension au contrôle, accentuant une tendance à la belligérance. « Le FPR n’aime rien laisser au hasard », a déclaré un diplomate étranger à Kigali. « Il y a une culture de contrôle ici qui imprègne tous les aspects de la vie, en particulier la sécurité ». L’impact que cela a eu sur l’évaluation des menaces à la sécurité dans l’est du Congo peut être jugé par cette citation d’un des hauts responsables de la sécurité du Rwanda : « Que feraient les États-Unis si Al-Qaïda avait une cellule opérant à Tijuana (au Mexique) ? Ils enverraient des troupes et ne prendraient pas d’otages ».

****

Au Congo, les élites politiques ont aussi été complices des guerres, bien que d’une manière très différente. Ici, l’approche des élites politiques face au conflit a été un mélange d’apathie, d’impuissance et d’opportunisme. De nombreux dirigeants politiques que j’ai interrogés, même certains de ceux de l’Est, ont exprimé peu de connaissances ou d’engagement vis-à-vis de la situation là-bas. « Ces gens ont toujours été en guerre », m’a dit un parlementaire de Kinshasa. « Rien que nous puissions faire ne changera cela ». La guerre dans l’est du Congo était extrêmement périphérique à leur survie – les politiciens n’ont pas été sanctionnés  dans les urnes pour leur négligence de l’Est, et les combats là-bas n’étaient pas non plus une menace pour la sécurité de la capitale du pays à des milliers de kilomètres de là. « Quand je fais campagne dans ma circonscription à Kinshasa, personne ne me pose de questions sur la violence dans l’est du Congo », m’a dit un député. Mon livre explore cette culture politique, caractérisée par deux impulsions : la normalisation et l’essentialisation. 

Alors que certains politiciens peuvent être influencés par les stéréotypes entourant la violence, d’autres sont bien informés de la complicité du gouvernement et pourtant font peu pour changer les choses, car il serait risqué pour eux de le faire. La principale raison en est l’importance de l’armée pendant la période qui a suivi le gouvernement de transition de 2003 à 2006. Les élites politiques de Kinshasa étaient plus préoccupées par la dissidence militaire au sein de l’armée que par les revendications de la population locale. 

En déployant la majeure partie de l’armée à l’Est, en maintenant les salaires des officiers bas mais leurs indemnités et primes discrétionnaires élevées, et en leur donnant carte blanche dans le racket, les élites politiques se sont protégées contre d’éventuels coups d’État et se sont enrichies grâce à des programmes de pots-de-vin. Joseph Kabila lui-même, alors président de la République, bien qu’apparemment correctement informé sur la violence, a souvent privilégié la loyauté à la responsabilité, permettant à la corruption et au racket de persister au sein de l’armée nationale. 

Ce système de fragmentation et de clientélisme s’est auto-renforcé et est désormais ancré dans l’organisation de l’État, l’investissant dans la persistance des conflits. On peut l’observer, par exemple, dans la façon dont les membres des services de sécurité sont rémunérés – le paiement est structuré de telle manière que les officiers peinent à prospérer en l’absence de conflit armé. En 2014, jusqu’à plus de 90 % de la rémunération des officiers dépendait de paiements légaux ou extralégaux directement liés aux opérations militaires. Par exemple, les officiers occupant des postes de commandement recevaient souvent une prime de commandement d’une valeur allant jusqu’à 1 000 dollars par mois, et les officiers du renseignement recevaient parfois un fond secret de renseignement d’une valeur de plusieurs centaines de dollars par mois, mais uniquement s’ils menaient des opérations militaires. 

Tant la fragmentation des acteurs que ces intérêts produisent ce que je qualifie d’involution. Les responsables gouvernementaux congolais et les commandants de l’armée reproduisent les mêmes modèles de gouvernance, bien qu’en improvisant et en créant des systèmes d’extraction plus complexes. Du fait de la multiplicité des acteurs et de la nature ténébreuse de ces réseaux, chaque acteur a du mal à imaginer une autre logique, a fortiori d’agir concrètement pour réformer, même si la quasi-totalité des acteurs du système actuel la trouve répréhensible. La violence est devenue systémique, dépassant les intentions de tout acteur individuel.

****

Les acteurs internationaux ne peuvent être considérés comme en marge de ce processus. Après tout, ils ont négocié et financé une grande partie du processus de paix et ont considérablement façonné l’économie et la politique des Congolais au cours des 20 dernières années. Mon analyse trouve deux défauts principaux : les bailleurs de fonds et les artisans de la paix se sont concentrés sur des réformes technocratiques, plutôt que de s’attaquer aux inégalités inhérentes à la structure de l’État congolais ; et ils ont ignoré les développements parallèles dans le secteur privé qui ont radicalement enraciné les élites politiques en charge de l’État.

De nombreux bailleurs de fonds travaillant sur le Congo ont une profonde compréhension du fonctionnement de l’État. Sur les trente-sept donateurs et diplomates que j’ai interrogés dans le cadre de mes recherches, la plupart d’entre eux ont exprimé une frustration vis-à-vis de l’État congolais et ont compris que ses principaux intérêts de n’étaient pas alignés sur les impératifs d’efficacité, de transparence et de responsabilité. Et pourtant, la politique des bailleurs de fonds a trop souvent fini par soutenir l’État congolais, lui fournissant suffisamment de ressources pour éviter qu’il ne s’effondre, mais incapable d’apporter des réformes substantielles.

Cela est dû en partie aux dysfonctionnements internes de la propre bureaucratie des bailleurs de fonds. « Nous comprenons que l’État ne veuille pas véritablement réformer. Nous construisons de nouveaux systèmes comptables pour eux, mais cela signifie simplement qu’ils volent de l’argent ailleurs », m’a dit un diplomate au sujet des réformes qu’ils avaient soutenues dans la gestion des fonctionnaires. « Cependant, notre capitale nous dit que nous devons soutenir cela, car le Congo est un endroit important pour nous ».

Ces incitations bureaucratiques créent alors souvent une manière de formuler les problèmes auxquels est confronté le Congo en termes technocratiques abstraits qui dépouillent la politique. En général, une grande partie de la politique des donateurs interprète la faiblesse et les conflits de l’État comme un dysfonctionnement qui doit être corrigé au lieu d’une architecture mise en place pour servir les intérêts des élites politiques.

Cette approche technocratique s’est figée après les élections de 2006. Cette transition vers un cadre de stabilisation a été construite sur l’hypothèse problématique et implicite que le gouvernement congolais voulait créer des institutions efficaces et disciplinées au lieu de privilégier la culture de réseaux clientélistes et la survie politique. Une évaluation d’Oxfam de la phase initiale 2009-2012 de la Stratégie internationale d’appui à la sécurité et à la stabilisation (I4S), par exemple, a conclu qu’elle souffrait de l’absence d’appropriation par le gouvernement. Des routes ont été construites qui n’ont pas été entretenues et de nouveaux postes de police ont été construits dont le personnel n’était pas payé. Même lorsque les donateurs ont proposé de financer un nouveau plan de démobilisation en 2015, le gouvernement congolais a montré peu d’intérêt. Il n’a pas été en mesure de fournir les quelques 10 % du budget de 90 millions de dollars qu’il avait proposés ; entre-temps, il a investi au moins 285 millions de dollars dans un parc agro-industriel chimérique et éphémère à Bukanga Lonzo, dont 200 millions de dollars ont disparu. 

La transformation en 2010 de la mission du maintien de la paix de l’ONU – de la MONUC à la Monusco  – faisait également partie de cette logique de stabilisation, qui impliquait de ne pas remettre en cause l’hypothèse sous-jacente selon laquelle le gouvernement était un partenaire volontaire. La mission de l’ONU, qui avait réussi à accoucher de l’accord de paix de 2002 et à devenir garant du gouvernement de transition, le point culminant de son engagement politique, s’est soudainement retrouvée politiquement marginalisée. Malgré l’insistance des décideurs onusiens sur la « primauté du politique », à partir de 2007, la mission est restée largement en marge des négociations entre le gouvernement et les groupes armés. Finalement, la mission, à quelques exceptions près, s’est retrouvée largement cantonnée à ce qu’elle fait le moins bien : la protection militaire des civils en danger imminent. La protection des civils au Congo par l’ONU s’est souvent déroulée dans le cadre d’opérations conjointes avec les FARDC. En soutenant les FARDC, la Monusco  est devenue partie au conflit, sapant les principes d’impartialité dans les opérations de maintien de la paix. 

Le deuxième défaut majeur dans la façon dont les donateurs ont abordé le conflit était évident dans la gestion  de l’économie. La libéralisation rapide de l’économie congolaise au cours de cette période a entraîné une croissance spectaculaire, mais a également compromis le processus de paix et contribué à enraciner les dynamiques de conflit liées à l’État prédateur. Les donateurs et les diplomates ont été complices, car ils ont mis en œuvre des politiques basées sur des modèles préconçus de consolidation de la paix et se sont abstenus d’appliquer des directives réglementaires et des conditionnalités plus strictes.

Au début de la transition en 2003, l’économie congolaise était minuscule, environ 9 milliards de dollars en termes de PIB réel, et les revenus de l’État n’étaient que de 730 millions de dollars – à titre de comparaison, le budget de mon employeur, l’Université de New York, en 2020 était de 3,6 milliards de dollars. La taille de l’économie congolaise, cependant, a rapidement augmenté, car le processus de paix a entraîné la privatisation de bon nombre des concessions minières et pétrolières les plus précieuses du pays, que Mobutu avait nationalisées. Ce processus de privatisation a rapidement et considérablement enrichi la nouvelle élite dirigeante. Les tendances mondiales, tirées par une demande en plein essor dans l’électronique et la construction, ont renforcé l’afflux de capitaux étrangers : les prix du cuivre sont passés de 0,65 $ la livre en 2001 à un sommet de 4,50 $ la livre en 2011, soit une augmentation de 592 % sur dix ans. Les prix du cobalt ont également à peu près doublé au cours de cette période.

Cette privatisation a été soutenue et encouragée par les donateurs qui croyaient que l’investissement privé ne saperait pas le processus de paix mais le renforcerait. Il s’agit d’un principe central de la consolidation de la paix libérale, qui suppose qu’une démocratie fondée sur les droits et une économie de marché sont les meilleurs fondements d’une paix durable et équitable. Lorsque la Banque mondiale a aidé à rédiger le code minier de 2002 et ainsi qu’à réformer les entreprises publiques, et que les ambassades étrangères ont encouragé le développement des entreprises privées, elles ont choisi de ne pas examiner de trop près le lien étroit entre la politique et les affaires. Réalisés bien en dessous des prix du marché par de sombres sociétés offshore, certains investissements dans le secteur minier, par exemple, étaient extrêmement douteux. Les estimations des pertes pour l’État congolais de quelques-unes de ces transactions varient entre 1,36 milliard  et 5,5 milliards de dollars. 

Bien que très médiatisé, ce vol à grande échelle par de petits opérateurs était sans doute un problème moins important que les prix de transfert et l’évasion fiscale par des multinationales réputées. Étant donné que le principal impôt du gouvernement congolais pour les sociétés minières est sur les bénéfices, beaucoup déclarent des pertes pour leurs filiales locales tout en transférant les bénéfices à une juridiction fiscale plus clémente. Par exemple, une étude sur Glencore par un groupe d’ONG, la plus grande société minière du Congo, a révélé que sa filiale congolaise Kamoto Copper Company avait déclaré des pertes de plusieurs centaines de millions de dollars entre 2009 et 2013. Au cours de cette même période, la filiale canadienne de Glencore, Katanga Mining Ltd. avec un bénéfice net de plus de 400 millions de dollars, entraînant une perte de 150 millions de dollars pour les caisses de l’État congolais. 

Ces prix de transfert, ainsi que le détournement de l’argent de la corruption par les élites, ont conduit à des flux massifs d’argent hors du pays. Selon un calcul des chercheurs à l’Université de Massachusetts, 25,6 milliards de dollars sont partis du Congo en fuite de capitaux entre 1996 et 2010, dont 4,2 milliards pendant les trois années du gouvernement de transition. C’est presque autant que l’ensemble des recettes publiques pour cette période ; une grande partie de cet argent est allé en Europe ou en Amérique du Nord. Bien que la Banque mondiale n’ait pas soutenu directement la plupart de ces transactions – et bien qu’elle ait fourni une assurance contre les risques à certaines – elle a investi des milliards en prêts et en subventions au Congo au cours de cette période et a été intimement impliquée dans le soutien à la réforme du secteur minier public.

Il semble clair que l’énorme richesse qui revient à l’élite dirigeante au cours de cette période a renforcé son emprise sur le pouvoir et sapé la démocratie. Les élections indirectes pour les gouverneurs et les sénateurs sont devenues profondément corrompues, car il était assez facile de soudoyer plusieurs dizaines de députés  provinciaux. Même les élections directes étaient coûteuses, car faire campagne dans tout le pays coûtait cher. Selon des sources au sein de leurs campagnes respectives, l’élection présidentielle de 2006 a coûté à Joseph Kabila au moins 10 millions de dollars, et la campagne de 2011 d’Étienne Tshisekedi, un candidat de l’opposition aux moyens relativement modestes, a coûté 5 millions de dollars. On estime que présenter des candidats à toutes les élections nationales coûterait à un parti politique 1 million de dollars en dépôts non remboursables, sans compter le coût de la campagne elle-même. Ces conditions favorisent clairement ceux qui ont accès aux ressources et au pouvoir de l’État.

****

Il y a eu des points d’inflexion où les donateurs et les gouvernements auraient pu intervenir pour mettre fin au conflit. Aujourd’hui, cependant, les solutions simples sont plus difficiles à trouver. Le conflit a transformé les réseaux commerciaux, les hiérarchies sociales, les mentalités et les structures politiques – il n’y a pas un brin dans ce jeu de ficelles qui puisse être tiré pour l’effondrer. 

Les défis auxquels sont confrontés les Congolais sont générationnels. Au niveau local, ils devront faire face à la démobilisation de centaines de groupes armés et aux séquelles psychologiques et sociales de décennies de guerre. Au niveau national, ils devront combattre une élite politique qui est devenue moins responsable et plus corrompue à mesure que des investissements massifs ont afflué dans le pays. Pendant ce temps, sur la scène internationale, ils devront faire face à une communauté d’États africains relativement apathiques et à une communauté de donateurs occidentaux qui n’a pas fait grand-chose pour contraindre le capital international et qui souvent ne respecte pas sa rhétorique noble en matière de droits de l’homme. Ce ne sont pas des batailles techniques mais plutôt des luttes pour le pouvoir, pour le contrôle de la politique locale et nationale.

Share this